2. Les éléments de qualité

2.1. La biologie

2.1.1. Le phytoplancton

Le phytoplancton rassemble l'ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l'eau. Le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire en servant de nourriture aux organismes animaux (zooplancton, poissons, ...).
Les caractéristiques du milieu (disponibilité des nutriments, température de l'eau, stabilité de la colonne d'eau...) ont une incidence sur la composition spécifique du peuplement phytoplanctonique et sur l'abondance du phytoplancton (reflétée par la teneur en chlorophylle a). L'indice IPLAC (Indice Phytoplancton LACustre) prend en compte ces deux composantes du phytoplancton pour évaluer l'état de cet élément de qualité biologique.

Les valeurs d'IPLAC de 2016 et des suivis antérieurs

Out[3]:
Valeur IPLAC Classe Etat
Abbaye 2010 0.933 TB
Abbaye 2013 1.0 TB
Abbaye 2016 0.892 TB
Alesani 2010 0.877 TB
Alesani 2013 0.97 TB
Alesani 2016 0.791 B
Allement 2010 0.837 TB
Allement 2013 0.84 TB
Allement 2016 0.712 B
Allos 2005 0.851 TB
Allos 2006 0.912 TB
Allos 2007 0.791 B
Allos 2013 0.88 TB
Allos 2016 0.948 TB
Annecy 2010 0.898 TB
Annecy 2016 0.863 TB
Bourget 2010 0.541 MOY
Bourget 2013 0.8 TB
Bourget 2016 0.619 B
Chaillexon 2007 0.518 MOY
Chaillexon 2010 0.727 B
Chaillexon 2013 0.66 B
Chaillexon 2016 0.584 MOY
Chalain 2007 0.821 TB
Chalain 2010 0.809 TB
Chalain 2013 1.0 TB
Chalain 2016 0.908 TB
Charmines-Moux 2010 0.542 MOY
Charmines-Moux 2013 0.86 TB
Charmines-Moux 2016 0.302 MED
Châtelot 2010 0.63 B
Châtelot 2013 0.55 MOY
Châtelot 2016 0.579 MOY
Chevril 2009 0.89 TB
Chevril 2016 0.764 B
Cize-Bolozon 2010 0.819 TB
Cize-Bolozon 2013 0.81 TB
Cize-Bolozon 2016 0.787 B
Coiselet 2010 0.985 TB
Coiselet 2013 0.93 TB
Coiselet 2016 0.864 TB
Eaux bleues 2010 1.0 TB
Eaux bleues 2013 1.0 TB
Eaux bleues 2016 0.844 TB
Entressen 2007 0.187 MAUV
Entressen 2010 0.057 MAUV
Entressen 2013 0.23 MED
Entressen 2016 0.133 MAUV
Esparron 2007 0.891 TB
Esparron 2013 0.97 TB
Esparron 2016 0.916 TB
Lanoux 2007 0.944 TB
Lanoux 2013 0.91 TB
Lanoux 2016 0.801 TB
Léman 2010 0.535 MOY
Léman 2016 0.619 B
Montaubry 2007 0.558 MOY
Montaubry 2013 0.79 B
Montaubry 2016 0.566 MOY
Nantua 2010 0.714 B
Nantua 2013 1.0 TB
Nantua 2016 0.756 B
Pierre-châtel 2007 0.576 MOY
Pierre-châtel 2010 0.978 TB
Pierre-châtel 2013 1.0 TB
Pierre-châtel 2016 0.918 TB
Puyvalador 2010 0.656 B
Puyvalador 2013 0.51 MOY
Puyvalador 2016 0.528 MOY
Roselend 2013 0.89 TB
Roselend 2016 0.802 TB
Saint-Cassien 2007 1.0 TB
Saint-Cassien 2013 0.93 TB
Saint-Cassien 2016 0.882 TB
Sainte-Croix 2008 0.825 TB
Sainte-Croix 2013 1.0 TB
Sainte-Croix 2016 0.889 TB
Salagou 2010 0.778 B
Salagou 2013 0.9 TB
Salagou 2016 0.868 TB
Serre-Ponçon 2007 0.81 TB
Serre-Ponçon 2013 0.82 TB
Serre-Ponçon 2016 0.882 TB
Tolla 2007 0.494 MOY
Tolla 2010 0.822 TB
Tolla 2013 0.76 B
Tolla 2016 0.787 B
Val 2010 0.848 TB
Val 2013 0.94 TB
Val 2016 0.879 TB

L'indice IPLAC s'applique à l'ensemble des plans d'eau suivis (naturels et d'origine anthropique) dans le cadre de l'évaluation de l'état/du potentiel écologique.

La grande majorité des plans d'eau suivis (80%) affiche une bonne à très bonne classe d'état vis-à-vis de cet élément de qualité biologique.

Six plans d'eau ne satisfont pas au bon état :

  • Quatre plans d'eau présentent un état moyen : deux plans d'eau en continuité sur le Doubs (Chaillexon et Châtelot), l'étang de Montaubry et la retenue de Puyvalador ;
  • La retenue de Charmines-Moux, sur l'Oignin, est classée en état médiocre ;
  • L'étang d'Entressen est quant à lui classé en mauvais état pour ce compartiment biologique.

Eléments complémentaires d'interprétation...

Les 10 plus fortes valeurs observées en chlorophylle a (µg/l) lors du suivi 2016

Out[4]:
Valeur (µg/l)
Plan d'eau Date
Charmine-Moux 2016-09-14 145
Montaubry 2016-07-21 60
Puyvalador 2016-07-18 44
Entressen 2016-07-11 42
2016-09-26 29
Puyvalador 2016-08-31 25
Montaubry 2016-05-25 24
Chaillexon 2016-09-25 15
Puyvalador 2016-06-24 12
Tolla 2016-06-27 12

Le dosage de la chlorophylle a reflète la quantité de biomasse algale du plan d'eau.
La concentration la plus élevée, approchant les 150 µg/l, est obtenue sur la retenue de Charmines-Moux lors de la campagne de fin de période estivale. En 2016, sur ce secteur, les précipitations furent nettement inférieures aux moyennes saisonnières sur toute la période s'étalant de juillet à octobre et les températures maximales mesurées nettement au dessus des moyennes saisonnières sur la période de juillet à septembre. Le niveau du plan d'eau était ainsi particulièrement bas en fin de période estivale, passant de 12 mètres de profondeur sur les trois premières campagnes à presque moitié moins mi-septembre (6,5 mètres mesurés). Le plus faible renouvellement des eaux, l'élévation de la température des eaux, le fort ensoleillement et une certaine disponibilité en nutriments, ont constitués des éléments propices à de forts développements phytoplanctoniques sur ce plan d'eau en fin d'été. La métrique de biomasse algale (MBA - une des deux métriques constitutives de l'IPLAC) prend ainsi la valeur de 0 (/1), soit la valeur la plus déclassante possible et explique ainsi l'état médiocre observé sur ce plan d'eau pour l'IPLAC.

Les plans d'eau de Montaubry, Entressen et Puyvalador présentent également à plusieurs reprises des concentrations élevées en chlorophylle a. Parmi les 10 plus fortes concentrations observées durant le suivi 2016, ces trois plans d'eau sont concernés par 7 de ces valeurs.

L'étang d'Entressen est le plus altéré des plans d'eau suivis si on se réfère à la classe d'état obtenue pour l'indice IPLAC. Il n'affiche cependant pas les plus fortes concentrations observées en chlorophylle a. Pour ce plan d'eau, la mètrique de composition spécifique du peuplement (MCS - la deuxième métrique constitutive de l'IPLAC) obtient le résultat le plus faible des 29 plans d'eau étudiés en 2016 avec une valeur de 0,098 (/1). Le peuplement est ainsi constitué d'une forte proportion d'espèces indicatrices d'un milieu dont la qualité de l'eau est très altérée (eutrophisation marquée). Ainsi, à chacune des 4 campagnes d'échantillonnage, plus de 80% du peuplement observé est constitué de cyanobactéries parmie lesquelles des espèces potentiellement toxiques et pouvant donc présenter un risque pour la santé humaine (Planktothrix aggardhii, Aphanizomenon cf. flos aquae).

Les 10 plus faibles valeurs de transparence observées (mètre) lors du suivi 2016

La transparence des eaux est classiquement inversement corrélée avec l'importance du développement phytoplanctonique. Le tableau ci-dessous liste les dix plus faibles valeurs de transparence observées en 2015.

Out[5]:
Valeur (m)
Plan d'eau Date
Charmine-Moux 2016-09-14 0.25
Entressen 2016-09-26 0.30
2016-07-11 0.30
Lanous 2016-06-23 0.40
Entressen 2016-05-11 0.55
2016-03-07 0.70
Puyvalador 2016-07-18 1.00
Alesani 2016-09-28 1.05
Puyvalador 2016-08-31 1.10
Montaubry 2016-09-12 1.20

Les plus faibles valeurs de transparence sont ainsi observées sur les plans d'eau déjà identifiés comme faisant l'objet de forts développements phytoplanctoniques : Charmines-Moux (campagne de septembre), Entressen (pour les 4 campagnes réalisées en 2016), Puyvalador et Montaubry.
Cette relation n'est cependant pas toujours applicable. Ainsi, la retenue de Lanoux, localisée dans les Pyrénées Orientales à plus de 2200 mètres d'altitude possède une très faible transparence lors de la campagne de juin alors que la concentration en chlorophylle a sur cette même campagne n'est que de 1 µg/l et l'IPLAC en très bon état. La faible valeur de transparence est dans ce cas expliquée par la présence de particules fines minérales en suspension dans l'eau du fait de la remise en eau de cette retenue entièrement vidangée durant l'hiver 2015-2016. Les eaux issues de la fonte des neiges contribuent ainsi au remplissage du plan d'eau en se chargeant en fines minérales lors du lessivages des berges du plans d'eau laissées à nues pendant toute la période hivernale.

De grandes disparités des valeurs de transparence sont observées entre les différents types de plans d'eau suivis en 2016.
Ainsi, la transparence peut atteindre les 12 mètres de profondeur sur certains plans d'eau d'altitude où les apports en nutriments sont réduits, comme la retenue de Roselend, localisée en Savoie dans le massif du Beaufortain. Les lacs naturels d'Annecy et du Bourget présentent également des transparences importantes, dépassant les 10 mètres sur la campagne de sortie d'hiver (lorsque l'activité biologique est encore réduite).
La transparence est par contre faible, généralement sur les plans d'eau subissant de forts développement phytoplanctoniques (Entressen, Montauby, Charmines-Moux).