2. Les éléments de qualité

2.3 Les micropolluants

2.3.7. La contamination par les autres micropolluants organiques

Les micropolluants organiques autres.

Les micropolluants organiques concernent différentes familles de micropolluants tels :

  • des dérivés du benzène,
  • des composés organiques volatils,
  • des diphényléthers bromés,
  • des organostanneux,
  • des composés perfluorés,
  • des alkylphénols,
  • etc.

En quelques chiffres...

Le nombre de stations et de prélèvements contaminés par les micropolluants organiques autres n'est pas négligeable :

  • plus de 75% des stations du contrôle opérationnel et plus de 50% des stations du contrôle de surveillance pour le bassin Rhône-Méditerranéen,
  • de 35 à 45% des prélèvements d'eau et de 60 à 70% des prélèvements de sédiment pour le bassin Rhône-Méditerranéen,
  • de 13% des prélèvements d'eau et de 40% des prélèvements de sédiment pour le bassin de Corse. En parallèle, le nombre d'analyses quantifiées demeure toutefois très faible (≤ 1%).

Quant au nombre de paramètres quantifiés, pour le bassin Rhône-Méditerranéen, il est plus important dans l'eau (40 à 45%) que dans les sédiments (20 à 30%). La solubilité de la plupart des micropolluants organiques "autres" explique cette différence. Pour le bassin de Corse, quel que soit le support concerné, le nombre de paramètres quantifiés reste très faible (≤ 5%).

Out[8]:
Nombre de stations suivies Nombre de stations contaminées Nombre de prélèvements réalisés Nombre de prélèvements contaminés Nombre d'analyses réalisées Nombre d'analyses quantifiées Nombre de paramètres analysés Nombre de paramètres quantifiés
BASSIN FINALITE FRACTION ANALYSEE
RMED RCS_Toxiques sédiments 394 271 610 384 86330 908 147 30
eau brute 396 335 7118 2526 1052930 4554 222 88
CO_Toxiques sédiments 351 264 622 415 88254 1033 147 39
eau brute 355 313 6458 2899 963749 5438 222 96
CORSE RCS_Toxiques sédiments 21 9 22 9 3141 10 147 3
eau brute 22 18 283 37 42793 43 221 13
CO_Toxiques sédiments 6 3 7 3 995 3 144 3
eau brute 6 4 38 5 7091 6 221 5

Tableau 13 : Suivis des micropolluants organiques "autres" dans les cours d'eau et données descriptives

Les stations qui présentent les plus importantes concentrations de micropolluants organiques autres dans l'eau...

La figure 11 sous la carte présente pour la période 2014-2016 et le support eau :

  • la classe de contamination de chacune des stations du programme de surveillance vis-à-vis des micropolluants organiques autres ;
  • la répartition des stations en fonction de leur classe de contamination et de leur finalité de suivi (RCS ou CO Toxiques).

Classes de contamination : éléments méthodologiques

Les classes de contamination calculées pour la période et le support eau sont les suivantes :

  • Très faible : ]0-0.005 µg/l]
  • Faible : ]0.005-8.67µg/l]
  • Moyenne : ]8.67-17.3 µg/l]
  • Elevée : ]17.3-26 µg/l]
  • Très élevée : ]26-1007 µg/l]
Out[10]:

N.B. : cliquer sur les stations pour consulter quelques informations associées (nom de la station, finalité sur la période, nombre de prélèvements, ...)

Figure 11 : Classe de contamination des stations vis-à-vis des micropolluants organiques autres (support eau)

14% des stations RCS et 23% des stations CO Toxiques du bassin Rhône-Méditerranéen présentent des niveaux de contamination élevés ou très élevés. Quelle que soit la région considérée, ces chiffres demeurent relativement stables. Le bassin Corse, quant à lui, ne présente aucune contamination élevée par les micropolluants organiques autres.

Le tableau 14 ci-dessous recense, sur la période 2014-2016, les stations qui ont présenté plus de 30% de leurs prélèvements d'eau avec un niveau de contamination très élevé.
Avec 40% des prélèvements qui présentent un niveau de contamination très élevé, les stations de l'Arc provençal (13) semblent particulièrement impactées par les micropolluants organiques autres. Ces niveaux de concentrations élevés s'expliquent par la quantification récurrente d'un paramètre à des concentrations élevées : l'EDTA. Ce paramètre est effectivement quantifié dans 100% des échantillons pour ces deux stations à des concentrations particulièrement élevées, avec selon les stations :

  • de 88 à 151 µg/l pour 10% des échantillons,
  • de 45 à 88 µg/l pour 50% des échantillons.

L’EDTA est un agent chélatant utilisé dans plusieurs procédés industriels et qui entre dans la formulation de nombreux produits. La fiche de données toxicologiques et environnementales de l'Ineris précise que l’EDTA et ses sels sont utilisés principalement dans les produits de nettoyage industriel et domestique mais aussi dans les fertilisants agricoles.

Pour cette substance, l'ineris propose des normes de qualité environnementales qui n'ont aucun statut réglementaire et doivent donc être considérées comme des valeurs guides et non des normes :

  • 40 µg/l pour la concentration moyenne annuelle ;
  • 78 µg/l pour la concentration maximale acceptable dans l'eau.
Out[12]:
Aucune contamination Très faible Faible Moyenne Elevée Très élevée Nombre total de prélèvements
DPT MASSEDEAU CD_STA STATION FINALITE
13 FRDR129 06195500 ARC A BERRE-L'ETANG ('CO_Pesticides', 'CO_Toxiques', 'RCS_Toxiques') 7 1 11 0 3 14 36
FRDR130 06195000 ARC A AIX-EN-PROVENCE 1 ('CO_Pesticides', 'CO_Toxiques', 'RCS_Pesticides', 'RCS_Toxiques') 2 0 14 0 0 12 28
FRDR126b 06196950 CADIERE A MARIGNANE 1 ('CO_Pesticides', 'CO_Toxiques', 'RCS_Toxiques') 0 0 16 0 0 12 28
71 FRDR599 06042500 VALLIERE A SAVIGNY-EN-REVERMONT ('CO_Pesticides', 'RCS_Toxiques', 'CO_Toxiques') 9 1 8 0 1 11 30
01 FRDR593a 06046000 REYSSOUZE A VIRIAT 1 ('CO_Toxiques', 'RCS_Toxiques') 5 1 10 1 2 9 28
74 FRDR536 06850166 THIOU A CRAN-GEVRIER 2 ('CO_Toxiques',) 2 0 11 4 2 9 28
FRDR11928 06830123 RU DES TROIS FONTAINES A ANNECY ('CO_Toxiques',) 0 0 1 3 1 7 12
06 FRDR10531 06209965 BOUILLIDE A BIOT 2 ('CO_Toxiques',) 0 0 8 0 0 4 12

Tableau 14 : Stations qui présentent une contamination très élevée pour plus de 30% de leurs prélèvements d'eau

Les stations qui présentent les plus importantes concentrations de micropolluants organiques autres dans les sédiments...

La figure 12 ci-dessous présente pour la période 2014-2016 et le support sédiment :

  • la classe de contamination de chacune des stations du programme de surveillance vis-à-vis des micropolluants organiques autres ;
  • la répartition des stations en fonction de leur classe de contamination et de leur finalité de suivi (RCS ou CO Toxiques).

La méthode d'élaboration de la carte est la même que pour le support eau.

Les classes de contamination calculées pour la période et le support sédiment sont les suivantes :

  • Très faible : ]0-14 µg/kg de MS]
  • Faible : ]14-870 µg/kg de MS]
  • Moyenne : ]870-1725 µg/kg de MS]
  • Elevée : ]1725-2581 µg/kg de MS]
  • Très élevée : ]2581-21272 µg/kg de MS]
Out[14]:

N.B. : cliquer sur les stations pour consulter quelques informations associées (nom de la station, finalité sur la période, nombre de prélèvements, ...)

Figure 12 : Classe de contamination des stations vis-à-vis des micropolluants organiques autres (support sédiment)

7% des stations RCS et 10% des stations CO Toxiques du bassin Rhône-Méditerranée présentent des niveaux de contamination élevés ou très élevés. Quelle que soit la région considérée, les ordres de grandeur restent les mêmes.

Pour le support sédiment, quelques stations du RCS pour le bassin de Corse présentent des contaminations élevées ou très élevées. Ces stations sont toutefois concernées par un unique prélèvement sur la période, les contaminations n'ont donc pas été confirmées.

Le tableau 15 ci-dessous liste les stations qui ont présenté sur la période 2014-2016 les 10 prélèvements de sédiment les plus contaminés à l'échelle des bassins Rhône-Méditerrannée et Corse. Pour chacune des stations concernées, le nombre total de prélèvements réalisés et le nombre de prélèvements qui ont présenté des niveaux de contamination élevés ou très élevés sont indiqués.
Sur les 10 stations concernées, les stations qui ont présenté plus d'un prélèvement avec des niveaux de contamination élevés ou très élevés sont :

  • le Gland à Audincourt (25) : ceux-ci sont liés aux concentrations mesurées pour le DEHP (de 1000 à 9000 µg/kg de MS) et dans une moindre mesure aux nonylphénols (de 50 à 4000 µg/kg de MS) ;
  • l'Arre à Saint-André de Majencoules (30) : ceux-ci sont liés aux concentrations mesurées pour le Cresol-para (de 2000 à 7000 µg/kg de MS) ;
  • l'Eygoutier à Toulon - Le Bosquet (83) :ceux-ci sont liés aux concentrations mesurées pour le DEHP (de 1700 à 2200 µg/kg de MS) et/ou le Cresol-para (de 250 à 3000 µg/kg de MS).
Out[18]:
SYMBOLE Concentrations cumulées les plus élevées sur la période Nombre de prélèvements avec une contamination élevée sur la période Nombre de prélèvements avec une contamination très élevée sur la période Nombre de prélèvements total sur la période
DPT MASSEDEAU CD_STA STATION FINALITE
06 FRDR76b 06700415 PAILLON A DRAP 2 ('CO_Toxiques',) µg/kg 5224.0 0 1 3
25 FRDR10823 06021500 GLAND A AUDINCOURT ('CO_Pesticides', 'CO_Toxiques', 'RCS_Pesticides', 'RCS_Toxiques') µg/kg 13257.0 0 2 3
('CO_Pesticides', 'CO_Toxiques', 'RCS_Pesticides', 'RCS_Toxiques') µg/kg 6490.7 0 2 3
30 FRDR11730 06120560 AIGUILLON A GOUDARGUES 2 ('RCS_Toxiques',) µg/kg 5163.0 0 1 1
FRDR173a 06181906 ARRE A SAINT-ANDRE-DE-MAJENCOULES ('RCS_Toxiques', 'CO_Toxiques') µg/kg 7538.0 1 1 2
FRDR396 06119000 CEZE A ST-AMBROIX 1 ('RCS_Toxiques', 'CO_Pesticides', 'CO_Toxiques') µg/kg 6980.0 0 1 2
38 FRDR10992a 06580766 HUERT A LES-AVENIERES 2 ('CO_Pesticides', 'RCS_Toxiques') µg/kg 5253.0 0 1 1
74 FRDR11928 06830123 RU DES TROIS FONTAINES A ANNECY ('CO_Toxiques',) µg/kg 6823.0 0 1 1
83 FRDR115 06710200 EYGOUTIER A TOULON - LE BOSQUET ('CO_Toxiques',) µg/kg 5599.1 2 1 3
84 FRDR384a 06123700 SORGUE DES CAPUCINS A FONTAINE-DE-VAUCLUSE ('RCS_Toxiques',) µg/kg 21272.0 0 1 1

Tableau 15 : Stations qui présentent les 10 prélèvements de sédiment les plus contaminés

Les micropolluants organiques autres les plus fréquemment quantifiés...

La figure 13 ci-dessous présente pour chacun des supports eau et sédiment les fréquences de quantification des micropolluants organiques autres quantifiés au moins une fois.

Pour le bassin Rhône-Méditerranée et le support eau, quelle que soit la région considérée, les paramètres les plus quantifiés sont :

  • l'EDTA ou Ethylène diamine tétraacétique (code SANDRE 1493) évoqué dans le paragraphe sur « les stations qui présentent les plus importantes concentrations de micropolluants organiques autres dans l'eau ». L’EDTA est quantifié dans 27% des échantillons et contamine 242 stations. Les concentrations mesurées sont supérieures à 10 µg/l pour 50% d’entre eux et supérieures à 41 µg/l pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 473 µg/l. L’incapacité des stations d’épuration à éliminer ce composé (substance très peu biodégradable) explique en partie la contamination des cours d’eau par l'EDTA. Par ailleurs, son aptitude à former des complexes métalliques très stables peut priver les organismes vivants d’éléments essentiels (calcium, magnésium,…) et faire de l’EDTA un composé très toxique ;

  • le formaldéhyde (code SANDRE 1702). Il est quantifié dans 20% des échantillons et contamine 254 stations. Les concentrations mesurées sont supérieures à 2 µg/l pour 50% d’entre eux et supérieures à 5 µg/l pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 28 µg/l. Le formaldéhyde est un intermédiaire de synthèse utilisé pour la fabrication de résines, de produits chimiques, d’engrais. Il est également employé comme agent désinfectant, comme biocide dans les industries agro-alimentaire, pharmaceutique et cosmétique. Sa présence dans l’environnement résulte principalement des échappements non catalysés des automobiles et des rejets d’eaux usées provenant de la fabrication ou de l’utilisation du formol (Guide pratique des substances toxiques, AESN, 2008). Pour cette substance, l'Ineris propose des normes de qualité environnementales (NQE) de 10 µg/l pour la concentration moyenne annuelle ; de 100 µg/l pour la concentration maximale acceptable dans l'eau. Ces valeurs n'ont aucun statut réglementaire et doivent donc être considérées comme des valeurs guides et non des normes.

  • le tributylphosphate (code SANDRE 1847) qui est un polluant spécifique de l'état écologique et dont la NQE est de 82 µg/l pour la concentration moyenne annuelle. Il est quantifié dans 16% des échantillons et contamine 279 stations. Les concentrations mesurées sont supérieures à 0.009 µg/l pour 50% d’entre eux et supérieures à 0.04 µg/l pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 1000 µg/l (Echantillon du Ru des Trois Fontaines à Annecy le 19/01/2016), celle-ci est exceptionnelle. Le tributylphosphate est classé comme une substance cancérogène suspectée, et dangereuse avec des effets à long terme pour les milieux aquatiques. En Europe, il est principalement utilisé par l’industrie comme retardateur de flamme et comme solvant (fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques, Ineris, 2017) ;

  • l'isoquinoline (code SANDRE 6643). Il est quantifié dans 5% des échantillons et contamine 71 stations. Les concentrations mesurées sont supérieures à 0.007 µg/l pour 50% d’entre eux et supérieures à 0.012 µg/l pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 0.066 µg/l. L’isoquinoline est une substance industrielle qui trouve notamment de nombreuses applications dans le domaine pharmaceutique.

Au-delà de ces 4 composés, 6 composés alkyls perfluorés de la famille des perfluorocarbures (PFC) sont quantifiés avec des fréquences de quantification plus ou moins importantes. Les deux principaux PFC quantifiés sont l’acide perfluoro-n-hexanoïque (PFHxA), substance pertinente à surveiller, et l’acide perfluorooctanesulfonique (PFOS), substance dangereuse prioritaire de l’état chimique. Les PFC regroupent de nombreuses substances utilisées dans de multiples applications industrielles et produits de consommation courante (détergents, imperméabilisants, antiadhésifs, mousses anti-incendie, pesticides,…). Très persistants et résistants à la dégradation, ces composés se retrouvent dans tous les compartiments de l'environnement et dans la chaine alimentaire. Le PFOA et le PFOS constituent des produits de dégradation ultime des PFC les plus utilisés (Rapport ANSES, 2011). Certains de ces composés sont suspectés d'avoir des effets perturbateurs endocriniens. Ainsi, le PFOS, substance dangereuse prioritaire, a été quantifié dans 2.2% des échantillons et contamine 46 stations. Les concentrations mesurées sont supérieures à 0.029 µg/l pour 50% d’entre eux et supérieures à 0.06 µg/l pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 0.65 µg/l. Ses NQE sont de 0.00065 µg/l pour la concentration moyenne annuelle et de 36 µg/l pour la concentration maximale admissible.

Pour le support sédiment, quelle que soit le bassin considéré les paramètres les plus quantifiés sont :

  • le DEHP (code SANDRE 6616), substance dangereuse prioritaire de l’état chimique. Peu soluble, il s’adsorbe sur les sédiments où il se concentre et se dégrade plus difficilement. Il est quantifié dans 40% des échantillons et contamine 246 stations du bassin Rhône-Méditerranéen. Les concentrations mesurées sont supérieures à 258 µg/kg de matière sèche (MS) pour 50% d’entre eux et supérieures à 1437 µg/kg de MS pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 9083 µg/kg de MS. Le DEHP est un plastifiant largement utilisé pour la production de PVC souple. Cependant, perturbateur endocrinien avéré, l’usage du DEHP est de plus en plus réglementé, il est notamment interdit dans les produits à risque tels les cosmétiques, les jouets. Présent dans de nombreux produits, son émission dans l’environnement est majoritairement diffuse et par conséquent difficile à maîtriser ;
  • le crésol-para (code SANDRE 1638), substance pertinente à suivre. Il est quantifié dans 30% des échantillons et contamine 192 stations du bassin Rhône-Méditerranéen. Les concentrations mesurées sont supérieures à 221 µg/kg de MS pour 50% d’entre eux et supérieures à 1297 µg/kg de MS pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 20611 µg/kg de MS. Ce composé a été très utilisé pour la fabrication de résines synthétiques (bakélite) ;
  • le toluène (code SANDRE 1278), substance pertinente à suivre. Il est quantifié dans 29% des échantillons et contamine 168 stations du bassin Rhône-Méditerranée. Les concentrations mesurées sont supérieures à 17 µg/kg de MS pour 50% d’entre eux et supérieures à 59 µg/kg de MS pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 1791 µg/kg de MS. Les usages du toluène sont multiples : essence, fabrication du benzène, intermédiaire de synthèse, solvant dans les peintures, l’encre, les produits pharmaceutiques, additif dans les produits cosmétiques (Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques de l'Ineris, 2016).

Une autre substance contamine fréquemment les cours d'eau du bassin Rhône-Méditerranéen, le BDE209 (code SANDRE 1815), substance pertinente à surveiller. Il est quantifié dans 19% des échantillons et contamine 101 stations. Les concentrations mesurées sont supérieures à 29 µg/kg de matière sèche (MS) pour 50% d’entre eux et supérieures à 170 µg/kg de MS pour 10% d’entre eux. La concentration maximale mesurée est de 4313 µg/kg de MS. Le BDE209 est un décabromodiphényléther utilisé comme retardateur de flamme dans les composés en plastique (boîtiers d'ordinateur et de télévision,...) et produits textiles (moquette, tapisserie,...).

Figure 13 : Les micropolluants organiques autres (MPOR) les plus fréquemment quantifiés dans l'eau et dans les sédiments