1. L'état des cours d'eau

1.2 L'état chimique

L’état chimique des eaux superficielles est évalué à partir des concentrations dans l’eau de 41 substances ou familles de substances pour lesquelles les normes de qualité environnementales (NQE) fixées par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) ne doivent pas être dépassées. Les substances prises en compte sont :

  • des pesticides : ils sont destinés à lutter contre les organismes nuisibles (mauvaises herbes, insectes, champignons,…). Bien que principalement employés par la profession agricole, ils sont également utilisés en zone non agricole par les particuliers (entretien des jardins,…), les collectivités et gestionnaires d’infrastructures (entretien des voieries et espaces verts,…) et par certains secteurs industriels (bois,…).
  • des composés organiques halogénés volatils ou COHV : ils regroupent une grande variété de substances chimiques aux caractéristiques très variables. Ils entrent dans la composition de nombreux produits industriels et domestiques (solvants, intermédiaires de synthèse, peintures, encres, colles, détachants,…).
  • des hydrocarbures aromatiques polycycliques ou HAP : ils sont très répandus et proviennent en grande majorité de la combustion des énergies fossiles (bois, charbon, pétrole).
  • des métaux : ils proviennent essentiellement d’activités anthropiques (métallurgie, traitements de surface, incinération des ordures ménagères,…) mais pas exclusivement. En effet, certains sont naturellement présents dans l’environnement tel le nickel qui est très répandu dans certaines régions comme les Alpes, le Massif Central, la Corse. La prise en compte d'un fonds géochimique et l'application d'un modèle de calcul de la fraction dissoute biodisponible permet d'éviter des déclassements abusifs pour les métaux naturellement présents dans l'environnement.
  • des substances autres (diphényléthers bromés, dérivés du benzène, chlorophénols et composés phénoliques, composés de l’étain, nonylphénols, phtalates, organochlorés).

Toxiques, persistantes et bioaccumulables, les substances de l’état chimique entraînent des dommages importants, notamment pour les écosystèmes aquatiques. C’est pourquoi, en application de la Directive Cadre sur l’Eau, leurs rejets, émissions et pertes doivent être supprimés ou réduits.

Un diagnostic état chimique conditionné par les HAP…

Globalement, 82% des stations situées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse sont en bon état chimique.
Cinq substances sont à l'origine du déclassement de plus de 10 stations : 4 HAP et le mercure.
Le mercure est présent naturellement dans le charbon et le pétrole, et on estime qu'environ 70 % des rejets anthropiques de mercure dans l’atmosphère proviennent de la combustion de combustibles fossiles et de l’incinération des déchets.
L'état chimique reflète donc majoritairemnt une pollution d'origine diffuse et atmosphérique dont la source est la combustion de matières fossiles pour la production d’énergie, chauffage, transport… , et pour laquelle il sera difficile de supprimer ou réduire les rejets ou émissions de façon efficace et rapide.

Out[6]:

PES : Pesticide

HAP : hydrocarbure aromatique polycyclique

MP-Org : autres micropolluants organiques

MP-Min : micropolluants minéraux